Les artistes danse

Zoé Judell

« Limyth », spectacle son, lumière, danse et mouvement.

Deux corps s’ensablent pour arrêter leurs peaux. C’est un ballet du toucher sur le regard. Illusion d’optique et autres magies des formes. Les doigts trouent le silence pour fouiller ces êtres indistincts. La lueur de leurs mouvements entre en nous, elle a le goût de l’infini. Ces petits corps moirs comme des trous dansent avec l’existence. Mythe du fond des temps ou genèse réinventée ? Mais quelles est donc cette poésie d’ombre et de lumière ?

A travers un procédé de rétroprojection où s’anime un dessin de sable produit en livre, « Limyth » nous fait voyager aux origines du monde et de la pensée. Les danseurs eux mêmes pris dans cette image fusionnement avec leurs ombres tandis que la musique nous emporte dans des profondeurs mystiques.

Dossier limyth

Compagnie 1000 volts

« Mise en boîte », spectacle danse, théâtre

« La danse est l’essence d’un cri étouffée » (R.M. Rilke) :

« Il faut prendre soin de son corps pour que l’âme ait envie d’y rester ». Proverbe Indien. Phénomène de vase communiquant entre corps et esprit. La libre expression, l’expression originelle, crue, organique, vecteur de liberté et de bien-être. La femme comme objet de consommation sous couvert de la « femme moderne ». La robotisation de l’esprit et du corps dans le travail ouvrier. Le rôle de la femme dans nos sociétés toujours défini en fonction de la place de l’homme. La place de l’objet dans nos sociétés. L’objet comme moteur et aboutissement des désirs; l’objet-obsession. La poésie au quotidien. Ou que nous soyons, c’est à nous de faire que chaque jour peut en être un autre.

Compagnie Le Dahu

« Poupées », danse buto et théâtre

La Poupée – toutes les représentations extérieures qu’on se fait de soi, de l’homme et de la femme, du bien et du mal, du beau et du laid. Tous – enfants, adultes, fondus et confondus, se positionnent et s’estiment, consciemment et inconsciemment, par rapport à des modèles échappant à leur propre contrôle. On croit tous plus ou moins aux histoires, on voudrait devenir tel ou tel personnage. On croit être un homme, on croit être une femme, mais nos repères n’ont de sens que dans un conte qu’on se raconte à nous-même ; un conte écrit par nous, malgré nous. On s’y reconnaît comme dans un miroir. Barbies, princesses, héros, monstres et crapauds.

Spectacle adultes avec Maëlle Faucheur et David Costé

Rayonnement : Spectacle créé et joué en Pologne, Paris, Allones, Toulouse, La Châtre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s